nombrilLorsqu'elle m'ouvre, une vague de fraicheur douce et parfumée envahit mes narines. J'entre à sa suite, et à peine ais-je fais quelques pas à l'intérieur, que déjà, elle pivote pour refermer  sur nous la porte de son antre. Elle me tend la main, je lui remets ce qu'elle attend. Elle la dépose avec soin près d'elle, puis tire doucement sur la lanière qui retient ma veste. Je ris car elle lui résiste, j'ai dû trop la serrer dans un accès de pudeur...Je tire d'un coup sec et ma veste s'ouvre, dévoilant mes seins, mes épaules, mon ventre.


Allongée sur le ventre, je la vois devant moi, près à me frôler. Ses mains descendent, de ma nuque à mes reins, doucement, puis fermement, doucement, puis fermement, doucement, puis fermement, une cadence qui aiguillonne tous mes sens, ma peau roule, rougit, frémit, j'oblige mon bassin à ne pas se cambrer instinctivement à chaque passage de ses doigts.

Lorsqu'elle est sur moi, qu'elle me chevauche, mes pensées galopent, j'ai beau tenter de les raisonner, cette intimité, ce toucher, c'est inévitable. J'aime la façon dont elle me touche, elle me fait mal parfois pour mieux me caresser l'instant d'après, la douleur précède toujours le plaisir, la douleur devient appel du plaisir, je ne connais que trop bien cette alchimie complexe et indissociable.

A quoi songes-t'elle ? Je me plais à penser que parfois, elle prends du plaisir, elle aussi. Lorsque l'on choisit de faire courir ses mains chaque jour sur des milliers de peaux, aiment t'on cela ? J'aimerais, tout doucement, la déshabiller, l'allonger sur ce lit, lui chuchoter à l'oreille "détends-toi, plus rien n'existe en ce moment que mes mains sur ton corps", faire glisser ces perles d'huile parfumée dont elle m'enduit sur chaque parcelle de son corps et la remercier, vraiment, du fond de mes doigts moins adroits mais si experts, de tout le plaisir qu'elle fait naître en moi à chaque fois.

Lorsque je lui demandes son prénom, son sourire est gêné, ses yeux amicaux, elle me désigne un badge épinglé à sa veste et me dit : "I'm the eleven girl".

massage