Se mettre à genoux devant ses parents, en signe de respect.

"Avec une population vieillissante, l'éternel et international "tout se perd" ou le sempiternel "il n'y a plus de valeur" font rage en Chine.

Le retour aux valeurs ancestrales du respect et de la soumission battent leur plein. Mais le respect n'est pas seulement une affaire de parole, il doit se montrer concrètement dans les gestes.

A l'université de Zhengzhou, les étudiants chinois ont dû apprendre à se prosterner. Les genoux pliés et le front entièrement plaqué au sol, les jeunes apprentis ont dû renouer avec les pratiques ancestrales de la piété filiale.

Et pas question de laisser son regard errer, les visages ont dû singer les allures de la soumission, de l'adoration et du respect inconditionnel.

Wu Dongxiao, un représentant de l'Université de Zhengzhou, a estimé que les pratiques de déférence à l'égard des parents n'étaient plus observées et a donc proposé de renouer avec un rituel seul capable de faire honneur à ses géniteurs.

Et les étudiants ne sont pas les seuls à devoir appliquer le protocole à la lettre. L'année dernière, un patron, qui avait escroqué ses propres employés, a dû, en plus de restituer le butin volé, se prosterner le nez face contre terre et implorer leur pardon.

Mais ces pratiques émanant de la Chine féodale sont considérées par les jeunes comme serviles. Elles reposent, selon eux, davantage sur la peur que sur une quelconque vertu. Elles sont à l'image de l'adoration des astres et des empereurs issue de la crainte envers les forces surnaturelles et le pouvoir suprême.

La résurgence de ces pratiques est un coup dur pour tous les étudiants qui tentent tant bien que mal d'instaurer des relations de proximité avec leurs parents sur des bases moins hiérarchisées, voire, moins archaïques.

La révolte est bien décidée mais personne ne semblent encore prôner l'insolence et la grossièreté."

Publié le 02.03.07 par Aujourd'hui en Chine

Il y en a pourtant qui le font avec particulièrement de grâce ;-)

fillegenoux